[Single] Mizrock – Pepper Keibu

Alors que l’on espérait que sa best friend l’ait lynchée bien gentiment avant de la balancer dans la baie de Tokyo histoire d’accomplir une bonne action salutaire pour nos tympans, voilà le retour de la potiche hiltonienne, et accessoirement chanteuse à ses heures perdues, Mizrock. Comme d’habitude il faudra être shooté aux amphét’ pour pouvoir comprendre le rajout du rock à la suite du Miz, mais malheureusement pour nous, on aura beau se défoncer avec tout ce qui nous tombe sous la main, rien ne pourra rendre audible ce nouveau méfait de la blonde platine et nous faire oublier que dans un passé pas si lointain on se réécoutait avec plaisir bon nombre de ses titres.

Cette fois, pour ceux qui en doutaient encore, Misono et Leah Dizon viennent définitivement de se faire une nouvelle amie dans leur médiocrité. Et oui pour les trois du fond qui avaient encore le maigre espoir de voir Miz revenir sur le chemin de la raison, Pepper Keibu vient leur rappeler de manière brutale que non le Père Noël n’existe définitivement pas. Mais bon comme partout il y a des choses qui changent et d’autres non. Comme toujours ce nouveau single est totalement passé inaperçu à sa sortie. Et dire que ce changement de style et de maison de disque était censé provoquer l’effet inverse. Il y en a qui doivent bien se marrer chez VICTOR.

Morceau des Pink Lady datant de 1976, Pepper Keibu fut repris en 2002 par les GO!GO!7188 sur l’album tora no ana , et se retrouve aujourd’hui remixé à la sauce Mizrock, et le moins que l’on puisse dire c’est qu’on s’en serait bien passé. Même si le morceau s’éloigne peu de l’original, la voix criarde de Mizrock le rend rapidement insupportable. Quitte à faire une reprise, autant faire sien le morceau d’origine et tenter de lui apporter une touche personnelle, au risque de se planter, mais choisir la voix de la facilité fait déjà démarrer le projet avec du plomb dans l’aile et diminue grandement l’intérêt du titre. D’intérêt Pepper Keibu n’en a aucun, à part peut-être celui, bien que Mizrock ait beau être six pieds sous terre artistiquement parlant, d’atterrer encore un peu plus ceux qui l’appréciaient avant sa schizophrénie.

En B-Side, avec U・BA☆Bang!Bang!, Mizrock tombe comme d’habitude dans un morceau pop/rnb fade et ultra-formaté pour le supermarché du coin. Inutile et vain, le titre n’arrive jamais à décoller et Mizrock préfère rester dans l’archi-classique bas du front et bouffer à tous les râteliers les plus nauséabonds plutôt que de prendre le moindre risque, en offrant une construction banale sur une instru faiblarde et sans imagination. Décidément l’originalité n’était déjà pas le fort de Miz, et quand à Mizrock elle préfère tout simplement s’assoir dessus en nous faisant un jolie doigt histoire de nous faire comprendre qu’elle n’en n’a absolument rien à carrer.

Depuis son arrivé chez Universal Music Japan mi-2007, Miz devenue Mizrock grâce au miracle du commercial, est passée d’un son pop/rock, certes peu imaginatif, mais terriblement efficace et d’une discographie remplie de bon nombre de hits en puissance, à une bouillie musicale mercantile et formatée, en total rupture avec sa carrière de chez VICTOR. Carrière qui lui avait pourtant permis d’avoir, à défaut d’une réussite commerciale importante, un véritable succès d’estime auprès de bon nombres de personnes. Pepper Keibu, bien que meilleur que Best Friend, qui il faut l’avouer atteignait des sommets de nullité, est, comme cela est malheureusement devenu une habitude chez Mizrock, un single complètement foiré dans tous les sens du terme. Dans l’optique d’essayer d’avoir une reconnaissance public et commerciale plus importante, chose normale et parfaitement compréhensible, Mizrock persiste et signe dans son délire total alors que sa notoriété n’a jamais été aussi basse, et que les amateurs de feu-Miz préfèrent lui tourner le dos plutôt que de la suivre dans sa déchéance.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *