Interview d’audio safari

http://userserve-ak.last.fm/serve/_/2477891/audio+safari+audiosafari.jpg

Aujourd’hui direction la scène indépendante de Kyoto pour y faire la connaissance d’un de ses groupes dont on entend peu parler mais dont le talent n’a d’égale que leur sympathie et leur passion. Rendez-vous donc avec Mami Sakurai et Daisuke Yoshiga du groupe audio safari, dont  le premier album, le sublime urunosora, est sorti l’année dernière. Voici donc un petit interview avec le groupe (leur 1er hors-Japon) pour les découvrir et vous donnez l’envie de vous procurez le plus rapidement possible leur petit bijou. Avant de commencer je tiens à remercier Mami Sakurai, et aussi grandement Daisuke Yoshiga pour leurs disponibilités et leurs efforts pour traduire leurs réponses en anglais, langue qu’ils ne maitrisent pas parfaitement, pour que ce petit interview puisse avoir lieu.

http://userserve-ak.last.fm/serve/_/7727631/audio+safari+audiosafari.jpg

En France, vous n’êtes connus que d’une petite communauté, pouvez-vous présenter à ceux qui ne vous connaisse pas encore ?

Daisuke : Nous sommes audio safari, un groupe japonais. Notre musique est un mélange d’électro, d’ambiant et parfois de pop.
Pour cela nous utilisons des sons informatiques, mais nous jouons aussi avec des instruments.
Notre premier album, urunosora, est sorti l’été dernier.

Pouvez-vous nous parler de la formation du groupe et de ses débuts ?

Daisuke : Les membres réguliers sont Mami Sakurai (au chant) et Daisuke Yoshiga (à la Welcome! guitare et à la programmation). ITOU et Takuji (à la batterie), Totoku Fujii (à la basse) et Syouta Iguchi (à la guitare) se joignent à nous comme membres de soutient.
audio safari a été crée en 2004.
Au début, nous étions trois personnes, chant, guitare et ordinateur.
Après le lancement officiel de notre première démo, le bassiste et le batteur se sont joint à nous et nous sommes devenus un groupe.
Maintenant, nous jouons nos concerts avec batterie, basse, guitare, vocal, et ordinateur (un mac).

Vous pouvez nous parler de votre processus créatif: qu’elles sont les étapes de votre processus de composition ? Combien de temps mettez-vous en moyenne pour terminer une chanson ?

Daisuke : D’abord, je fais toutes les pistes sauf les chants et ensuite Mami chante dessus. Après nous les apportons au studio et à la session avec les autres membres.
Pour les sessions, je Spring reconstruis les pistes et ensuite c’est terminé. Le temps est différent pour un morceau. Cela peut prendre une semaine ou parfois un mois.

Est-il difficile d’être un artiste Indies au Japon ? Vous vivez de votre musique ou vous avez un travail à côté ?

Daisuke : Il n’est pas difficile d’être un artiste indépendant. Mais il est difficile de devenir connu.
J’ai eu parfois de l’argent de mes œuvres musicales, mais j’ai un autre travail pour vivre.

Quels sont vos artistes (chanteurs / groupes) favoris et vous influencent-ils votre musique ?

Mami : J’aime velvet underground, bjork, stereolab, ua, fishmans, etc…
Beaucoup de musiciens m’ont inspirés.
Ma granma est l’une d’entre eux.

Daisuke : nirvana, radiohead, mogwai, miceparade, air , des groupes alternatifs des années 90.

Qu’est-ce que vous vous ressentez à l’idée de savoir que l’autre bout de la planète, en France, on écoute votre musique ?

Mami : Je suis très heureuse !

Daisuke : Même si Mami chante en japonais, cela nous rend très heureux que l’on écoute notre musique. Cette réaction permet à ma motivation d’être forte en particulier pour les pays étrangers.
Dépasser les frontières !

De plus en plus de groupes japonais s’exportent en France, à quand un concert d’audio safari en France ?

Daisuke : s’il y a la possibilité, nous l’espérons, de venir et de jouer notre musique en France.

Quel est l’avenir du groupe ? Nouvel album ? Les concerts ?

Daisuke : Actuellement nous travaillons sur un nouvel album. Nous essayons d’en faire un très bon.
Après nous partons en tournée.

Aimez-vous la France ? Avez-vous un message pour vos fans français ?

Mami : Oui. Je suis allée à Paris une seule fois. J’aime le musée d’Orsay et le Parc du Luxembourg.
Mais peut-être que je ne connais pas beaucoup de lieux merveilleux. J’espère pouvoir allée de nouveau en France, et d’y jouer notre musique.
Pour les auditeurs, merci, merci, Arigatou.
Nous ferons de la musique brillante.
Et un jour, rendez-vous dans votre ville.

Je vous remercie beaucoup d’avoir pris le temps de répondre à cette interview.
Merci !

Interview réalisée par mail et en anglais par Yodan en juin 2008.
Remerciments à Daisuke Yoshiga et Mami Sakurai.

Comments

  1. says

    Bonjour. Je suis musician japonais. Je suis heureux que vous aimez un group de mes amis. Et il y a des groupes merveilles au japon. Je vous espère que vous allez aimer la musique japonaise de plus en plus!

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *