Interview de Caroline

http://userserve-ak.last.fm/serve/_/199955/Caroline.jpg

C’est de l’autre côté du pacifique, à Los Angeles, qu’il faut chercher pour trouver la plus jeune des sœur Lufkin, Caroline. Née à Okinawa en 1981, Caroline baigne dans l’art depuis sa plus petite enfance. Elle décide de quitter le Japon en 1999 pour rejoindre la Berklee School of Music de Boston où elle en ressortira diplômée en 2003. Après avoir été diplômée, elle retourne à Tokyo pour y travailler dans l’industrie musicale nippone. Elle y enregistre des jingles publicitaires et chante sur différentes démos.

Where’s My Love ?, premier titre de Caroline, est disponible à l’écoute sur son MySpace à la fin 2004, puis sort en single le 25 octobre 2005 sous le label indépendant américain Temporary Residence. Le 6 mars 2006 sort son premier album Murmurs. Peu de temps après elle tient son premier concert au South by Southwest music festival, le 17 mars au the Whisky Bar. Les chansons de Caroline se composent d’une douzaine d’instruments acoustiques, y compris des pianos, des harpes, des cloches, des guitares, des tambours et n’usent d’aucun sample.

Murmurs, son premier album est un véritable petit bijou de maitrise et de passion. Le récital s’ouvre sur Bicycle et la douce voix berçante de Caroline sur une instru très légère et reposante. S’en suit Pink & Black, qui garde le même shéma que Bicycle mais avec un refrain un peu plus enlevé. Sunrise commence lentement et doucement pour gagner en puissance durant l’écoute. Where’s My Love, est une petit berceuse magnifique, à la compo et instru légère et cristalline. Everylittlething est beaucoup plus dynamique. Pour finir All I Need, Drove Me To The Wall et I’ll Leave My Heart Behind, tous trois offrant comme le reste un plaisir auditif énorme. Avec Murmurs, Caroline, déjà surnommé la Björk japonaise, nous offre un album où plaisir, passion et talent se mêle dans une alchimie parfaite et gracieuse. Ce premier coup de maitre est à posséder absolument (disponible en import sur le site de Temporary Residence et sur Amazon US).

Malheureusement trop peu méconnu en France, Caroline est déjà venu le 18 septembre dernier pour un concert avec son groupe Mice Parade au POINT EPHEMERE (Paris 10ème). Et c’est avec une grande gentillesse et disponibilité qu’elle a accepté ce petit interview malgré son emploi du temps chargé.

http://farm2.static.flickr.com/1417/883418161_91bf2ebd0b.jpg?v=0

Parmi ceux qui vous connaissent nombreux sont ceux qui vous ont découvert par l’intermédiaire de votre sœur, Olivia. Est-ce un atout d’avoir une sœur chanteuse pour commencer dans la musique ?

Caroline : Certains fans japonais me connaissent à travers ma sœur, ce qui est merveilleux pour moi. Dans le reste du monde, je commence de zéro. Évidemment c’est bien pour les gens de connaître ma musique YUI grâce à ma sœur. Mais, je n’y pense pas du tout. Ma sœur, telle une meilleur amie, m’encourage à aller dans ma direction, c’est un véritable bénéfice d’avoir une sœur chanteuse.

Votre frère, Jeffrey, est aussi dans la musique. C’est une affaire de famille chez les Lufkin ?

Caroline : Mon frère est beat-making machine. Il a son propre solo de musique électronique. Tout ce qu’il fait dans sa journée (en plus d’aller à l’Art Institute) est de travailler sur sa propre musique. La musique est notre amour. Je pense que mes parents ne le souhaitaient pas HAH. Ils sont inquiets pour notre avenir.

Quels sont vos rapports avec votre sœur ? Vous donnez-vous réciproquement des conseils ?

Caroline : Il est dur de vivre dans un autre pays qu’elle. Merci mon Dieu pour le chat-vidéo. Nous parlons au moins tous les deux jours. Pour compenser nos expériences perdues nous travaillons sur l’art ensemble, nous nous envoyons des écrits, des œuvres d’art, des chansons et toutes sortes de choses, etc.

En 1999 vous intégrez la Berklee School of Music de Boston. Pourquoi avoir décidé de partir aux Etats-Unis ?

Caroline : Et Bien, j’ai voulu avoir de la musique tout autour de moi et j’ai voulu être propulsée dans un nouveau monde. Je voulais que mon monde entier soit de la musique, tout du moins pendant l’université.

En 2003 vous retournez au Japon. Vous enregistrez des jingles de publicités et chantez sur des démos.

Caroline : Je l’ai fais pour l’argent et cela me donnait les moyens pour vivre et travailler sur ma propre musique.

Vous êtes même contactée par un label important, mais vous déclinez l’offre. Pourquoi ?

Caroline : Il y a des hauts et des bas en étant liée à une énorme entreprise qui a des tonnes d’argent à dépenser pour vous. En vous donnant de l’argent, ils ont le droit de posséder et de contrôler une partie de votre art. L’art devient un compromis. Certes, c’est très bien. Peut-être pour certaines personnes, c’est une vie meilleure. Et vraiment, il est difficile de dire non … la réflexion sur une vie confortable, en pensant peut-être qu’ils ne changeront pas trop votre musique ….penser à rembourser mes prêts étudiants, penser à payer mes parents en retour, etc. Mais j’ai dit non parce que je veux voir ce que mon art donne quand il est libre. Je vais laisser ma passion s’exprimer librement pour le moment.

En 2005, vous décidez d’envoyer vos chansons à un label indépendant, Temporary Residence, qui produit des groupes généralement très expérimentaux, et qui décide alors de vous signer. Pourquoi vous êtes-vous tournée vers un label américain plutôt que japonais ?

Caroline : Ce n’était pas un choix entre label américain ou japonais. J’ai fait des recherches sur des labels de toutes sortes … même allemands, britanniques, canadiens. Pour moi, l’intention du patron et la réaction du label à ma musique sont les choses les plus importantes dans le choix d’un label.

Dans votre premier album vous expérimenter de nombreuses choses. Temporary Residence vous laisse carte blanche ?

Caroline : Oui ! Pas de limites !

Olivia vous influence-elle pour votre univers musical ou pas du tout ?

Caroline : Je lui imminent envoie les lives et clips de mes nouveaux morceaux tout le temps. Et elle me dit qu’elle est ma plus grande fan. Donc je fonctionne comme ça. Quand nous étions à l’école primaire, nous nous réveillions le matin, nous faisions des petites chansons ensemble, sur un petit magnétophone, enregistrant sur Pink Floyd de mon papa, POLICE, Simon & Garfunkel. C’est notre influence l’une sur l’autre. Maintenant, je pense que notre musique est complètement différente. Peut-être bien que vous pouvez entendre les échos de nos jours d’école élémentaire. hah

De plus, quelles sont les influences de votre musique ?

Caroline : Mes influences changent tout le temps. Quand la vie change, ma musique subit des modifications. Ou quand la vie est à une accalmie, ma musique est comme elle.

Quels sont vos artistes (chanteurs / groupes) préférés et vous influencent-ils votre musique ?

Caroline : Récemment mes oreilles ont été fatiguées. Cela arrive souvent quand j’écris et produis ma propre musique. J’aime l’art des amis qui sont autours de moi. Ils sont tous si étonnants. Je suis si chanceuse d’être entouré par eux. Ils m’influencent sur une voie spéciale. L’art n’est pas pour devenir populaire ou obtenir l’attention. Parfois il peut être créé et oublié dans un moment. Cela me rend …. heureuse et cela m’inspire pour laisser ma musique être ce qu’elle veut.

Qu’elles sont les étapes de votre composition ? Combien de temps mettez-vous en moyenne pour terminer une chanson ?

Caroline : Une chanson peut prendre moins d’une journée ou plusieurs mois. Cela dépend !

Que pensez-vous du mélange entre les cultures, vous êtes eurasienne si je ne me trompe pas ?

Caroline: Je suis à moitié-japonaise, un quart irlandaise et un quart de quelque chose d’autre. Étant métisse définitivement mélangez-vous.

Dans le futur vous prévoyez de chanter des morceaux en japonais ?

Caroline : J’ai peur. haha.

Vous avez donné un concert en France le 18 Septembre 2007. Comment cela s’est-il passé ? Aura-t-on le plaisir de vous revoir bientôt ?

Caroline : J’ai fait quelques arrêts France avec mice parade (un groupe de Fat Cat records). Je chante et fais des trucs informatiques pour eux ! Il a été question d’une tournée en 2009 avec ce groupe. Et j’espère que je vais la faire avec ma musique en solo !

Aura-t-on la chance un jour de voir un duo Caroline/Olivia ?

Caroline : Vous l’avez manqué ! Avant que je que en sois signée nous en avons fait un lors d’une fête. Même Jeff était là ! Haha.

Vous appréciez la France ? Avez-vous un message pour vos fans français ?

Caroline : Non, I LOVE FRANCE !
A mes fans français :
Je parle un petit peu français maintenant ! Je ne peux pas attendre de venir et de vous montrer !

Interview réalisé par Yodan en Juin-Juillet 2008.
Remerciments à Caroline pour sa disponibilité et sa gentillesse.

http://c4.ac-images.myspacecdn.com/images01/116/l_dabf222c158c4a931fc9ab83e390d95b.jpg

Comments

  1. says

    Cette interview est FABULEUSE! Il y a des questions que je me posais et maintenant j’ai les réponses! Merci!!
    Je ne savais pas qu’elle était venue en France! O.O J’espère qu’elle reviendra!!!
    J’aurais aimé entendre son duo avec Olivia!

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *